Les Cloches de Douanne

 

Ecoutez la composition "Les Cloches de Douanne" par le Choeur de chambre de Bienne, sous la direction de Alfred Schilt, ou visualisez une vidéo, enregistrée lors de présentation du projet au jardin du Musée Neuhaus à Bienne, dans le cadre de la Nuit des 1000 questions.

D'Glogge vo Twann

Musik: Karin Merazzi-Jacobson 2010
Text: Marianne Käser-Ruff 2010

1. Vo wytem d’Bärge, gäng scho do
Hei vo de Glogge vo Twann wou scho vernoh
Die lütte gäge Süde, use i See
Gäh em änge Dorf Wyti und ds Wüsse, s’git de noh meh,

begleite d’Lütt dür ds Läbe hie am Ort
töne gäng wie nöi a ds steile Bort
Drei Tön, die säge dür d Räbe und em Wäg vo de Piuger
am Afang isch ds Wort - am Afang isch es Wort.

2. Ghörsch du zwo Glogge, tuet’s mängem weh.
Unändlech schwär isch ds Nie-, Nie-Meh.
D’Glogge verzeue vom Stärbe ou -
Git’s ächt für d Mönsche e Himmu wie ne junge Räbbärg im Tou?

Si wärde stiu, i dr Chiuche sitze d Lüt,
Chöme langsam zue sich bis zum nächschte Glütt.
Zwo Tön, die leite dür d Räbe und em Wäg vo de Piuger
i ds no junge Hütt, - dür die Räbe i ds Hütt.

3. Nümme ganz früech am Tag ghörsch häu e Klang
Use i Sunntigmorge – d’Glogge vo Twann.
Kämpfe gäge Lärm vor grosse Stroos,
Si gwinne, lütte lang übere See und i ds Grosse Moos.

Nume ei Glogge – sie schlot d Zyt.
Möcht isch es no so gärn, ändere chasch äs nid.
Ei Ton, dä leitet dür d Räbe und em Wäg vo de Piuger und seit:
„`S isch noh wyt“ - und seit: „´S isch nümme wyt“

Les Cloches de Douanne

Musique: Karin Merazzi-Jacobson 2010
Version originale: Marianne Käser-Ruff 2010
Adaptation française: Karin Merazzi-Jacobson / Chantal Rebetez

1. Les montagnes ancestrales à l'horizon
ont souvent entendu les cloches de Douanne,
projeter au sud leur son, le lac traversant,
montrant à l'étroit village que le monde ne s'arrête pas là.

Dans la vie de tous les jours les cloches nous accompagnent.
de pentes raides, encore comme neuf, leur écho nous regagne
trois notes qui s'entendent dans les vignes, au Chemin des Pèlerins, au début est la parole
- au début est une parole.

2. Quand tu entends deux cloches, c'est qu'on est ému
inifiniment dur est ce jamais, jamais plus,
les cloches racontent aussi la mort et le chagrin,
y-a-t il pour l'humanité un ciel, une vigne sous la rosée du matin?

Les cloches s'arrêtent, dans l'église, assis, debout,
les gens récupèrent un peu avant le prochain coup
deux notes cheminent par les vignes, le Chemin des Pèlerins, retour au quotidien - par les vignes au quotidien.

3. Au temps jadis, les cloches nous réveillaient chaque jour
à ce jour, seuls les dimanches conservent la tradition
les cloches luttent contre le bruit de la grande artère
leur son victorieux traverse le lac, jusqu'au Grand Marais.

Juste une seule cloche, elle frappe les heures
Souviens-toi que la flamme de vie un beau jour se moeure !
Une note chemine par les vignes, le Chemin de Pèlerins, disant “C'est encore loin” - disant “Ce n'est plus très loin”.